Communiqué de presse sur l’emprisonnement de Bob Rugurika

dimanche 25 janvier 2015,par Jean Bosco Nzosaba

Communiqué de presse

L’Observatoire de l’Action Gouvernementale, OAG, a constaté avec stupéfaction et amertume l’arrestation et l’emprisonnement immédiat du journaliste Bob Rugurika, Directeur de la Radio Publique Africaine (RPA). Le Directeur de la RPA est aujourd’hui maltraité pour avoir eu le culot de mener des investigations sur l’insoutenable assassinat des trois sœurs italiennes de la Paroisse Guido Maria de Conforti en commune urbaine de Kamenge et de diffuser des témoignages recueillis. Le Directeur de la RPA se trouve sans doute dans l’œil du cyclone judiciaire pour avoir exploré d’autres pistes et débusqué d’autres probables auteurs de ce triple meurtre alors que la police avait déjà son coupable « désigné ». Manifestement, l’acharnement juridico-policier dont il est victime procède d’une volonté délibérée d’un pouvoir déterminé à étouffer dans l’œuf toute velléité d’aller plus loin dans l’enquête sur cette tragédie qui a ému le Burundi et le monde entier. Nul n’ignore que la Radio incriminée (RPA) est l’un des organes de presse locaux qui excelle dans l’art du journalisme d’investigation, un genre journalistique qui vise à révéler des informations cachées au moyen d’enquêtes garanties par le respect de la déontologie du journalisme et de la protection des sources. Au-delà de la honte et de la vague d’indignation tous azimuts que suscite cet injuste emprisonnement du Directeur de la RPA, il traduit indubitablement le refus d’une presse libre et indépendante, expression d’une démocratie aboutie et d’une bonne gouvernance responsable. Cette incarcération traduit aussi un regrettable recul sur le terrain de la démocratie car elle est éminemment symptomatique d’un déficit criant d’indépendance de la magistrature ou de l’immixtion flagrante du pouvoir dans le traitement des dossiers judiciaires. Face à ce tableau peu glorieux pour le pays, l’OAG recommande ce qui suit :

Au Gouvernement
  de reprendre immédiatement les enquêtes sur l’assassinat des trois sœurs italiennes afin de mettre la main sur les véritables assassins et commanditaires ;
  d’éclairer l’opinion nationale et internationale sur tous les dossiers encore couverts d’ombre, notamment les auteurs des récentes attaques en province de Cibitoke, le dossier Kiriba-Ondesi, le dossier assassinat de Feu Ernest MANIRUMVA, les massacres de GATUMBA, la présumée distribution des armes aux jeunes du parti présidentiel (Imbonerakure), etc. A la justice
  de libérer immédiatement et sans condition le Directeur de la Radio Publique Africaine ;
  de ne plus se complaire dans la soumission au diktat du pouvoir ou de quelque autre influence externe ;
  de réclamer ouvertement et immédiatement son indépendance. A la communauté internationale
  de continuer à exiger la libération du Directeur de la RPA. ;
  de rester attentive et vigilante sur l’évolution de la situation, particulièrement en cette période électorale ;
  d’éviter toute complaisance vis-à-vis des dérapages du pouvoir en prétendant sauvegarder les intérêts des Etats. A la population
  d’exiger unanimement la libération du Directeur de la RPA ;
  de rester sereine, soudée et attentive à l’évolution de la situation ;
  de ne pas hésiter à réclamer leurs droits, au premier chef la liberté d’expression.

Fait à Bujumbura, le 25 janvier 2015 Pour l’Observatoire de l’Action Gouvernementale Maître Godefroid MANIRAMBONA Président

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)