Bujumbura abrite un atelier régional sur le développement des compétences en TIC en Afrique

mardi 15 mai 2012,par Jean Bosco Nzosaba

Le gouvernement du Burundi, en collaboration avec l’Union internationale des télécommunications (UIT), organise du 14 au 18 mai 2012 à Bujumbura un atelier régional sur le développement des compétences en Technologies de l’information et de la communication (TIC) dans le secteur des télécommunications et de l’éducation pour les pays d’Afrique. Dans son mot de circonstance, le premier vice-président de la République, M. Térence Sinunguruza a indiqué que l’UIT prône la promotion des activités du développement tous azimuts des TIC dans les pays membres à travers la collaboration, la solidarité, les échanges et le partenariat avec les Etats membres associés aux mécanismes de fonctionnement.

En effet, a-t-il dit, le présent atelier est donc le reflet d’une coopération fructueuse entre le Burundi et l’UIT et vise l’accroissement de l’expertise chez les cadres aussi bien nationaux qu’internationaux impliqués dans la gestion du personnel et l’exploitation des secteurs des télécommunications et de l’éducation. La tenue de cet atelier, a-t-il poursuivi, constitue une application directe de la politique nationale de développement des TIC du Burundi pour la période 2011-2025 en son premier axe qui vise le développement des ressources humaines. Ainsi, les connaissances qui auront été apprises au cours de cet atelier permettront de cheminer vers les meilleurs résultats et faciliteront le transfert de connaissances et d’expertises vers d’autres ressources humaines.

S’adressant aux participants, le premier vice-président a réaffirmé la ferme détermination du gouvernement du Burundi pour développer le secteur des télécommunications et des technologies de l’information et de la communication. Dans cette optique, le gouvernement du Burundi a déjà pris des décisions importantes visant notamment l’autonomisation et la séparation du secteur postal et du secteur des télécommunications pour leur permettre d’évoluer et de développer leurs activités de façon dynamique et sans entraves.

Par ailleurs, la libéralisation du secteur des télécommunications en séparant les fonctions de politique et de régulation des télécommunications de celles d’exploitation s’inscrit dans la même logique. Le premier vice-président de la République a rappelé aux participants que « l’interconnexion haut débit et à coût abordable est un impératif de développement et d’échanges d’informations entre nos pays et va promouvoir les mécanismes de coopération régionale en la matière ». Le numéro deux de l’Exécutif burundais a informé les participants que le Burundi s’est déjà inscrit dans cette orientation en initiant un projet phare concernant la construction d’une dorsale nationale en fibres optiques dénommée « Burundi Backbone System », BBS. Cette infrastructure, actuellement en cours d’implantation, répondra entièrement aux perspectives du « Sommet Connect Africa 2007 » et servira de base à plusieurs applications telles qu’e-gouvernement, e-santé, e-commerce et e-centres de données.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)