Vers un renforcement des capacités du Conseil supérieur de la magistrature

lundi 4 juin 2012,par Jean Bosco Nzosaba

Grâce à un appui technique et financier du Bureau des Nations Unies au Burundi (BNUB), du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et de la Coopération technique belge (CTB), le Ministère de la Justice, organise, le 5 juin 2012 à Bujumbura, un atelier de restitution de l’étude d’élaboration du plan de renforcement des capacités du Conseil supérieur de la magistrature du Burundi. La Constitution du Burundi du 18 mars 2005 fait du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) l’organe central de définition de la politique judiciaire du Burundi chargé de veiller à la bonne administration de la justice et au bon comportement du magistrat. Il est le garant de l’indépendance de la magistrature. Mais le CSM s’acquitte parfois avec difficultés ou retard de la plupart de ses missions constitutionnelles. Ce qui cause un impact négatif sur le bon fonctionnement des organes judiciaires et la protection des droits de l’homme. C’est ainsi qu’une étude a été commanditée pour analyser en profondeur le fonctionnement du CSM et définir un plan de renforcement de ses capacités.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)