Cap sur la posture de la société civile au sein de l’EAC

lundi 3 septembre 2012,par Jean Bosco Nzosaba

Le Forum des organisations de la Société civile (EACSOS) a procédé jeudi à l’hôtel Hilton de Naïrobi (Kenya) où il tenait sa sixième assemblée générale, à l’élection d’un nouveau conseil d’administration de 10 membres. Le Burundi occupe le poste de vice-président dans ce nouveau conseil, tandis que la présidence est passée de la Tanzanie à l’Ouganda. Les organisations de la Société civile burundaise qui font partie de ce conseil sont le Forum pour le renforcement de la Société Civile (FORSC) et la Coalition des organisations qui militent pour la sécurité alimentaire, représentées respectivement par Justine Nkurunziza au poste de vice-président et Mohamed Nibaruta au poste de membre du conseil. L’élection du nouveau conseil est intervenue après un amendement des statuts de l’EACSOF qui a porté le nombre des membres du conseil de quinze à dix, un changement qui s’imposait pour des raisons budgétaires, selon le président du conseil sortant. L’autre nouveauté dans le nouveau conseil est que chacun des cinq pays membres de la Communauté est-africaine (EAC), y est représenté par un homme et une femme, l’un s’occupant d’un des cinq principaux postes du conseil d’administration et l’autre étant responsable de l’un des cinq thématiques piliers du plan stratégique du Forum. Ces thématiques sont la gouvernance démocratique, la paix et la sécurité, la justice sociale et l’économie, l’environnement et les ressources naturelles, ainsi que les sciences et technologies. Dans le conseil sortant, rappelle-t-on, chaque pays était représenté par trois organisations. Le Burundi y était représenté par la ligue des droits de l’homme Iteka qui occupait le secrétariat général, le FORSC et l’Association des femmes journalistes (AFJO) qui en étaient de simples membres.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)