Adoption par le Sénat des membres du Conseil supérieur de la magistrature

mercredi 7 novembre 2012,par Jean Bosco Nzosaba

Le Sénat a adopté mardi le 6 novembre 15 membres du conseil supérieur de la magistrature. Il s’agit de Mmes Marguerite Nzitonda, Léa Pascasie Nzigamasabo, Claudette Mugirasoni, Yvonne Uwimana et Dévote Singirankabo et de MM. Jean Anastase Hicuburundi, Protais Cishahayo, Adolphe Manirakiza, Egide Sahabo, Egide Nahayo, Valentin Bagorikunda, Claude Nimubona, Sixte Sizimwe Kazirukanyo, Wenceslas Bandyatuyaga et Jean Pierre Amani. Selon le ministre de la Justice, M. Pascal Barandagiye, les équilibres genre et ethnie ont été respectées. Sur les 15 membres approuvés, on enregistre 10 hommes contre cinq femmes, et neuf hutus contre six tutsis. Sept membres proviennent des juridictions supérieures, du ministère public et des tribunaux de résidence, pendant que huit autres sont nommés. En ce qui concerne la représentation par province, le ministre Barandagiye s’est excusé en faisant savoir que c’est un principe qui est souvent difficile à appliquer, précisant que l’important est le respect de la loi fondamentale ou la constitution et de l’accord d’Arusha. En outre, il a ajouté que le conseil supérieur de la magistrature est un organe tellement important que l’on doit surtout veiller à son efficacité qui dépend de la compétence de ses membres. S’exprimant sur l’indépendance de la magistrature, le ministre de la Justice a indiqué que la constitution donne ce privilège, estimant que la lutte contre toute forme de corruption au sein de ce secteur est le facteur important pour jouir de cette faveur. Cette autorité a par ailleurs apaisé les esprits des sénateurs en leur informant que les préparatifs des états généraux de la Justice tirent à leur fin. Ils permettront de corriger toutes les erreurs, y compris les différents équilibres.

Source : abp

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)