Discours de SE Pierre Nkurunziza, Président de la République du Burundi, à l’occasion du lancement de la semaine “Portes Ouvertes” organisée au ministère de la justice

vendredi 16 novembre 2012,par Jean Bosco Nzosaba

Honorable Président de l’Assemblée Nationale, Honorable Président du Sénat, Excellence Monsieur le Premier Vice Président de la République, Excellence Monsieur le Deuxième Vice Président de la République, Excellence Monsieur l’Ombudsman, Excellences les Anciens Chefs d’Etat, Honorables Parlementaires, Excellence Monsieur le Ministre de la Justice, Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement, Monsieur le Président de la Cour Suprême, Madame le Président de la Cour Constitutionnelle, Monsieur le Procureur Général de la République, Mesdames et Messieurs les Membres du Conseil Supérieur de la Magistrature, Mesdames Messieurs les Anciens Ministres de la Justice, Mesdames et Messieurs les Membres de la Communauté Judiciaire, Mesdames et Messieurs les Membres du Corps Diplomatique et Consulaire, Mesdames et Messieurs les Représentants des Partenaires Techniques et Financiers, Messieurs les Bâtonniers, Distingués Invités, Mesdames, Messieurs, 1. Nous rendons grâce à Dieu le Tout Puissant qui nous a guidés jusqu’à ce jour où nous procédons à l’ouverture de la semaine portes ouvertes au Ministère de la Justice. 2. La semaine porte ouverte au Ministère de la Justice arrive quelques jours après la rentrée judiciaire. Ainsi, il s’agit d’un moment précieux pendant lequel la population burundaise, les nationaux comme les étrangers vivant sur le territoire burundais, aura l’occasion de faire connaissance de tout ce qui se fait dans tous les services du Ministère de la Justice, ici à Bujumbura comme à l’intérieur du pays. 3. Voilà déjà les fruits du cinquantenaire de l’Indépendance du Burundi, un nouveau départ pour la transparence dans l’action de l’Etat. Qui s’imaginerait que des services comme la défense, la sécurité, le renseignement et la justice, longtemps pris pour tabou ou trop secrets s’ouvriraient aux regards et questions de la population comme cela est en train de se faire aujourd’hui ? Voilà pour la première fois dans son histoire, les services de la Justice le font. Honorables, Excellences, Mesdames et Messieurs, Distingués Invités, 4. Certes, diverses et multiples réalisations sont en train d’être faites au Ministère de la Justice. En effet, en vue de rapprocher les justiciables de la Justice, un grand nombre de tribunaux de résidence a été construit par le Gouvernement à tel enseigne qu’actuellement chaque commune a au moins un tribunal de résidence. Il s’agit d’un progrès remarquable, et d’autres encore seront construits ou réhabilités depuis l’année prochaine. Il faut signaler également que certains tribunaux de résidence viennent d’être dotés des moyens de déplacement. 5. Dans le même ordre d’idées, les Tribunaux de Grande Instance de Mwaro et de Bujumbura ainsi que leurs parquets viennent d’entrer en possession de leurs propres locaux grâce aux fonds de l’Etat. En vue d’améliorer l’offre de justice, le Gouvernement s’est engagé à réhabiliter progressivement d’autres bâtiments qui sont en état de vétusté. 6. En outre, au début du mois de décembre de l’année en cours, les travaux de construction du bâtiment qui abritera la Cour Suprême et son parquet général dont la première pierre sera posée dans quelques instants vont démarrer. 7. Nous profitons de cette occasion pour remercier de tout notre cœur le Royaume de Belgique qui va financer cette activité d’une si grande envergure. Nos remerciements vont également à l’endroit des autres partenaires techniques et financiers pour leurs inlassables appuis à l’Etat du Burundi en général et au Ministère de la Justice en particulier. Honorables, Excellences, Mesdames et Messieurs, Distingués Invités, 8. A côté des services judiciaires, le Ministère de la Justice comporte en son sein des services personnalisés. Il s’agit du Centre de Formation Professionnel de la Justice qui a pour mission principale d’assurer une formation initiale et continue, du Service National de Législation qui est chargé de la légistique, du Centre d’Etudes et de Documentation Juridique chargé de la diffusion des textes de lois, de la Direction des Titres Fonciers chargé de l’établissement et de la conservation des titres fonciers, et de la Direction Générale des Affaires Pénitentiaires ayant en charge la gestion des prisons. 9. Nous saisissons cette occasion pour encourager fermement le Ministère de la Justice pour les efforts qu’il est en train de fournir dans ses fonctions régaliennes, le renforcement de la bonne gouvernance, la déontologie, le renforcement de la communication et l’orientation des justiciables à travers : La création de bureaux d’accueil dans toutes les institutions judiciaires ; La réduction des délais de procédure ; La transparence dans les services judiciaires ; L’accès facile des usagers de la justice à travers la création des sites Web et internet du Ministère ; L’encadrement des services judicaires à travers les réunions de service ; La publication des codes et lois en versions française et Kirundi. 10. Parlant toujours des efforts fournis, le Gouvernement a pris conscience de l’état critique de la situation de la population carcérale et a opté de prendre de mesures de clémence dans le but de désengorger les prisons. Ainsi, des mesures de libération provisoire, des mesures de libération conditionnelle et celle de grâce présidentielle ont permis à un grand nombre de citoyens de retrouver leur liberté. Ce sont des forces vives qui sont appelées à participer à la consolidation de la paix. Honorables, Excellences, Mesdames et Messieurs, Distingués Invités, 11. Nous savons que beaucoup de défis restent encore à relever au Ministère de la Justice. Nous citerons entre autres : La problématique d’équipements des cours et tribunaux ; La problématique de l’exécution des jugements et arrêts ; La problématique de la maîtrise de la surpopulation carcérale ; La corruption encore visible chez certains personnels ; La vétusté et l’exiguïté des locaux abritant les juridictions ; L’effectif qualitativement et ou quantitativement insuffisant du personnel des Tribunaux de Résidence ; La pauvreté liée au pouvoir d’achat qui n’épargne pas le personnel de la Justice ; Certains textes de lois surannées et lacunaires. 12. Nous voudrions vous assurer que ces questions nous tiennent à cœur et que le Gouvernement ne ménagera aucun effort pour leur trouver des solutions durables. Nous pensons que la traduction en actes des promesses des partenaires au développement du Burundi tel que déclarées dans la Conférence de Genève apportera un léger mieux aux différents défis évoqués. Nous profitons de cette occasion pour présenter encore une fois nos vifs remerciements aux amis du Burundi pour leurs récents engagements à financer le CSLP II. 13. Aussi, sans anticiper sur les conclusions des futures assises sur les Etats Généraux de la Justice, Nous restons confiants qu’ils apporteront des propositions, actions et conseils concrets à la résolution des différents problèmes que connaît notre système judiciaire. 14. Nous ne saurions terminer notre allocution sans inviter la population à mettre à profit cette opportunité offerte par le Ministère de la Justice pour être éclairée sur son fonctionnement. 15. Que le personnel du Ministère de la Justice se montre ouvert et transparent dans les exposés et que la seule barrière soit la loi et le secret professionnel. 16. C’est sur cette exhortation que Nous déclarons solennellement Ouverte la semaine Portes-Ouvertes au Ministère de la Justice.

Vive la Justice au Burundi

Nous vous disons merci.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)