Les nouveaux commissaires de la CENI au bureau de l’Ombudsman.

vendredi 25 janvier 2013,par Jean Bosco Nzosaba

L’Ombudsman, M. Mohamed Rukara a reçu jeudi en audience les membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) conduit par le président de cette commission, M. Pierre Claver Ndayicariye. L’objet principal de cet entretien était d’échanger sur la préparation des élections de 2015. La CENI a demandé à l’Ombudsman de plaider pour que soient rapidement réalisées, trois activités que M. Ndayicariye appelle grands chantiers. Il s’agit de l’amendement du code électoral, de la recherche des ressources financières et matérielles et de l’amélioration des mécanismes de gestion du contentieux électoral. Pour le président de la CENI, l’amendement du code électoral doit se faire au plus tard en décembre 2013 pour que tout ce qui est technique se fasse à temps. Cela est d’autant plus important que la mobilisation des partenaires dépendra du code électoral, a-t-il souligné. Dans cet amendement, M. Ndayicariye estime que l’amendement relatif à la gestion du contentieux électoral doit être minutieusement analysé. M. Ndayicariye a souligné que dans le code électoral actuel, il y a des lacunes comme par exemple le manque de sanction administrative et de juridiction ad hoc pour gérer ce genre de contentieux. Il souhaite qu’un débat y relatif soit mené en profondeur pour que les leçons du passé puissent être capitalisées. Concernant les moyens financiers et matériels, M. Ndayicariye a invité le gouvernement à introduire les requêtes de financements à temps. Il a souligné que la collaboration entre l’institution de l’Ombudsman et la CENI doit se manifester aussi dans l’éducation civique, citoyenne et électorale pour que les résultats des élections convergent vers l’apaisement de la population. Il a promis que des concertations et consultations régulières avec tous les partenaires électoraux en général et avec les leaders des partis politiques en particulier sans exception pour que l’élection de 2015 « soit un rendez-vous électoral de l’inclusivité ». Quant à l’Ombudsman, il a informé la CENI d’une correspondance émanant des leaders politiques Burundais vivant en exil et qui demandent le retour au pays natal. Selon le conseiller chargé de la communication, M. Didace Sunzu, les deux autorités se sont convenues de tout mettre en œuvre pour faciliter le retour de ces politiciens.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)