Droits de l’homme : implication de la société civile dans la mise en oeuvre des recommandations de l’EPU

mercredi 27 mars 2013,par Jean Bosco Nzosaba

Les leaders de la société civile burundaise participent depuis le 26 mars à un atelier de consultations de la société civile sur la mise en oeuvre des recommandations de l’Examen périodique universel (EPU) du Burundi. Organisé par la Ligue des droits de la personne humaine dans les pays des Grands Lacs (LDGL) avec l’appui financier de Word Alliance for Citizen’ participation (CIVICUS), cet atelier de deux jours constitue un cadre propice de réflexion et de consultations approfondies de la société civile burundaise sur les stratégies opérationnelles de suivi des recommandations issues de l’EPU du Burundi 2ème génération. Y prennent part, outre les Burundais, des délégués de la société civile du Rwanda et de la République Démocratique (RDC). Les débats sont polarisés sur quelques thèmes à savoir l’Examen périodique universel, le rôle et l’ importance de la société civile dans ce mécanisme, l’ évaluation de la mise en oeuvre des recommandations de l’ EPU 2008 et le rôle qui a été joué par la société civile burundaise, le partage d’expérience du Rwanda dans le suivi des recommandations de l’EPU et autres organes de traités, les stratégies opérationnelles de suivi des recommandations de l’EPU 2013 par société civile burundaise et l’élaboration du draft de plan de suivi des recommandations de l’EPU. Dans son mot d’ouverture de l’atelier, le président de la LDGL, Me Cyriaque Ndayisenga a fait remarquer que d’une part au terme de ces consultations, les forces, les faiblesses et les opportunités de la société civile dans la mission du suivi de l’application des recommandations EPU auront à être identifiées en amont et en aval et que d’autre part le rôle de chaque organisation de la société civile sera bien circonscrit de telle manière à déterminer qui fait quoi, quand et comment, avec qui et avec quels moyens pour quels effets à court, à moyen et à long terme. Pour rappel, c’est le 24 janvier 2013 que le Burundi a été évalué par le conseil des droits de l’homme des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme au Burundi après la 1ère évaluation intervenue en 2008. La LDGL avait déjà organisé une telle activité au Rwanda et compte l’organiser prochainement en RD Congo pour permettre aux leaders de la société de ce pays d’être sensibilisés et outillés pour attaquer le travail de suivi de la mise en oeuvre des recommandations de leur pays, des connaissances et des pré requis de la société civile de ce pays.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)