Conférence sectorielle pour le suivi des engagements de Genève

lundi 15 juillet 2013,par Jean Bosco Nzosaba

Le président de la République du Burundi, M. Pierre Nkurunziza a ouvert ce lundi une conférence sectorielle de deux jours pour le suivi des engagements de la conférence des bailleurs de fonds tenue en octobre 2012 à Genève en Suisse. Dans son allocution de circonstance, il a remercié les participants à cette conférence pour leurs multiples et multiformes appuis dans beaucoup de secteurs de la vie nationale et pour leur inlassable soutien et accompagnement en vue d’un avenir radieux et prospère de notre pays, le Burundi. Des sentiments de reconnaissances et de gratitude du gouvernement et du peuple burundais ont été adressés à tous les partenaires au développement pour le succès de la conférence de Genève et pour les promesses d’appuis déclarées en vue de la mise en oeuvre du Cadre stratégique de croissance et de lutte contre la pauvreté, deuxième génération (CSLP II), a précisé le président de la République. Il a également remercié les différents partenaires techniques et financiers qui ont déjà matérialisé leurs promesses, en signant des conventions de financement ou qui ont décidé, au regard de nombreux besoins pressants de l’heure, d’augmenter leurs engagements pour le bénéfice du développement de notre pays. C’est pour cette impérieuse nécessité que le CSLP II est bâti sur quatre axes portant notamment sur le renforcement de l’Etat de droit, la consolidation de la bonne gouvernance et la promotion de l’égalité du genre ; la transformation de l’économie burundaise pour une croissance soutenue et créatrice d’emplois ; l’amélioration de l’accessibilité et de la qualité des services sociaux de base et le renforcement du socle de la protection sociale ainsi que la gestion de l’espace et de l’environnement pour un développement durable, a souligné M. Nkurunziza. Des avancées dans beaucoup de domaines, a-t-il ajouté, sont enregistrées, mais le gouvernement reconnaît que les défis majeurs dans presque tous les secteurs persistent et jonchent encore le parcours du Burundi vers son développement social et économique. Ce sont ces défis qui feront objet de réflexions, d’échanges et de débats pendant cette conférence sectorielle, autour des questions en rapport avec les infrastructures, notamment en matière de Technologies de l’information et de la communication et de transport, le développement du secteur privé, l’emploi, le commerce, le tourisme, le genre, l’éducation ainsi que l’eau et l’assainissement. M. Nkurunziza a enfin sollicité une bonne compréhension pour que tous les projets et programmes consignés dans le CSLP II soient exécutés comme prévu et dans les délais pour le bénéfice de l’épanouissement du peuple burundais qui a grandement besoin de jouir des dividendes de la paix chèrement acquise. Les différents partenaires au développement ont réaffirmé leur volonté d’appuyer le gouvernement du Burundi en honorant leurs engagements pris au cours de la conférence de Genève.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)