Le chef de l’Etat face aux natifs et administratifs de Kayanza

lundi 22 juillet 2013,par Jean Bosco Nzosaba

Le président de la République du Burundi, M. Pierre Nkurunziza, accompagné par le ministre de l’Intérieur, M. Edouard Nduwimana a réuni vendredi 19 juillet 2013, dans la commune Gatara, les natifs et ressortissants de la province Kayanza (nord), les administratifs et autres cadres de l’Etat ou du secteur privé opérant dans cette région, a-t-on, appris de source officielle. Le but de ces réunions et échanges qui se tiennent normalement chaque mois est pour le chef de l’Etat, de s’enquérir de la situation sociale, économique, politique et sécuritaire dans le pays, et d’échanger avec les différents intervenants jusqu’à la base sur les voies et moyens de développer les collectivités locales, et partant tout le pays. Dans son mot de bienvenue, le gouverneur de la province Kayanza a souhaité la bienvenue au chef de l’Etat et a brièvement présenté la situation de la province qui, d’après lui, est entièrement sécurisée, malgré quelques cas mineurs d’insécurité relevés dans les différentes communes de la province. En outre, a-t-il dit, la province Kayanza se félicite d’avoir franchi un grand pas dans plusieurs secteurs comme celui de l’Education où plusieurs classes ont été érigées dans le but de faire face au nouveau système d’Ecole fondamentale qui doit débuter au mois de septembre de cette année. Egalement, la province Kayanza a été classée 3ème dans les résultats du Concours national du primaire, alors que l’année scolaire précédente, elle était avant dernière des 17 provinces qui forment le Burundi. Les interventions ont été largement dominées par les commerçants de Kayanza qui demandaient au chef de l’Etat d’user de son pouvoir pour que l’Office burundais des recettes (OBR) ait suffisamment de vérificateurs, afin de procéder aux vérifications dans des délais courts. Ces commerçants s’inscrivent également en faux contre la capitalisation des intérêts opérée par le secteur bancaire et demandent que les voies routières soient reconstruites pour faciliter l’échange de marchandises. Prenant la parole, le ministre de l’Intérieur a tranquillisé la population de Kayanza, car quelques routes vont être rénovées et les travaux devraient débuter dans quelques semaines. Il a profité de cette occasion pour annoncer à l’auditoire, non sans regret, que même si la récolte est globalement bonne, le phénomène de dilapidation des ressources est monnaie courante, rappelant que le gouvernement élabore un texte qui légiférera les fêtes sociales devenues très nombreuses au Burundi. De son côté, le chef de l’Etat a prodigué des conseils pratiques aux participants à cette réunion. Concernant la question relative aux adeptes d’Eusébie, la secte qui a récemment défrayé la chronique, M. Nkurunziza a fait savoir à ses interlocuteurs que le gouvernement qu’il dirige ne tolérera jamais le désordre et le mépris de la Loi. Il exhorte donc les natifs à être vigilants pour éviter ces enseignements qui, loin d’être inspirés de Dieu, sont simplement de nature à mettre en péril la cohésion sociale et à créer de l’insécurité dans leur province. Il a interpellé les natifs et ressortissants de la province Kayanza à participer à la compétition qui est en vigueur au Burundi, à savoir celle de voir laquelle, des 17 provinces, se soucie davantage de la construction d’infrastructures, et du développement du bien-être socio-économique de ses habitants. Il a pris pour exemple les cas de quelques autres provinces, pourtant moins nanties, qui se démarquent dans les travaux de développement. Le chef de l’Etat les a exhortés à unir leurs forces, afin de diversifier leur commerce et surtout à agrandir leur champ d’action. Aux commerçants qui trouvent que l’OBR a des lacunes dans son fonctionnement et surtout dans la collecte des impôts et taxes, M. Nkurunziza a promis que les ministres ayant le Commerce et les Finances dans leurs attributions, vont sans tarder, rencontrer les représentants des commerçants de toutes les provinces, pour échanger à ce sujet.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)