Débat autour de l’aide publique accordée au Burundi au cours du premier semestre 2013

mercredi 21 août 2013,par Jean Bosco Nzosaba

L’Observatoire de l’action gouvernementale (OAG) a organisé, le 20 août 2013, une conférence publique sur l’aide accordée au Burundi au cours du premier semestre 2013 en vue d’échanger sur le niveau de mobilisation des fonds promis pour le financement du Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté, deuxième génération (CSLP II). Le gouvernement burundais s’est récemment doté d’un Cadre stratégique de croissance et de lutte contre la pauvreté et ne ménage aucun effort pour mobiliser les ressources requises pour la mise en oeuvre du Plan d’actions prioritaires (PAP) du CSLP II lors de la conférence du 29 au 30 octobre 2012 à Genève, a précisé M. Richard Sahinguvu qui a représenté le président de l’OAG. Pour le Burundi, cette conférence a connu un succès d’autant plus retentissant que les promesses faites à cette occasion ont dépassé les attentes dans la foulée de Genève, et d’autres conférences sectorielles sont prévues à Bujumbura, en l’occurrence celle qui vient de s’achever du 15 au 16 juillet et celle attendue en octobre prochain, a signalé le représentant de l’OAG. Malgré cette réussite de la conférence de Genève, l’heure n’est pas pour autant au repos car pour mériter le décaissement effectif des aides promises, le gouvernement doit s’astreindre à toute une gamme de conditionnalités liées notamment à la bonne gouvernance, au respect des droits humains et à la bonne gestion des finances publiques, a-t-il souligné. Il lui revient en outre d’élaborer des plans d’action bien ficelés et budgétisés reflétant la réalité de l’ampleur des ressources nécessaires pour la mise en oeuvre du CSLP II avec des détails au niveau sectoriel, a-t-il ajouté. Des efforts dans ce sens sont en cours, mais la main reste tendue à l’extérieur car sauf que d’aucuns restent sceptiques malgré le satisfait présidentiel, la réalité est que le pays est en manque criant de liquidités, a précisé M. Sahinguvu. Les taxes ne cessent d’augmenter pour combler le déficit, et l’Etat compte mettre fin à la détaxation des produits vivriers importés, a-t-il continué. Après ce discours d’ouverture, les participants ont échangé sur le document présenté par le consultant M. Charles Nihangaza, et des recommandations ont été formulées. Il s’agit notamment de poursuivre les efforts et réformes visant à créer un environnement favorable au succès des programmes et investissements sous le CSLP II, en particulier dans les domaines institutionnels et politiques, y compris l’amélioration des droits de l’homme et de l’Etat de droit, la lutte contre l’impunité, la mise en place des mécanismes de justice transitionnelle et le renforcement de la démocratie, des libertés fondamentales et d’un climat politique ouvert et inclusif dans la perspective des prochaines échéances électorales.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)