EAC : vers une fédération politique

mercredi 11 septembre 2013,par Jean Bosco Nzosaba

Le ministre burundais à la présidence chargée des Affaires de la Communauté est-africaine (EAC), Mme Léontine Nzeyimana a ouvert mardi, à Bujumbura, un atelier de sensibilisation sur l’état des lieux de la fédération politique de l’EAC. La fédération politique de l’EAC est la phase ultime de l’intégration après les étapes de l’union douanière, du marché commun et de l’union monétaire, a déclaré Mme Nzeyimana. En effet, un pas a été franchi dans la mise en oeuvre ou le développement des constituants pour cheminer vers la fédération politique. Des systèmes d’harmonisation des structures de gouvernance en rapport avec l’Etat de droit, l’accès à la justice, les droits de l’homme, la coordination de la politique étrangère, l’observation et l’évaluation des élections ainsi que la coopération en matière de défense et de sécurité ont été déjà développés pour préparer la voie à cette fédération. La tendance sera bientôt de passer de l’harmonisation des politiques à l’adoption des politiques communes, a-t-elle rassuré. La ministre Nzeyimana a également indiqué que des sondages ont révélé que la population est-africaine souhaitait, avec une moyenne de plus de 70%, que le processus d’intégration au sein de la CEA soit couronné par la réalisation de la fédération politique. Pour elle, l’adhésion du Burundi à cette communauté lui a ouvert un potentiel énorme pour son économie et pour sa population. La coopération se fait de plus en plus à travers les ensembles régionaux par le financement des projets communautaires intégrateurs et renforce le rapprochement des Etats dans le cadre de la coopération sud-sud.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)