L’année 2014 déclarée « Année internationale de l’agriculture familiale »

lundi 30 septembre 2013,par Jean Bosco Nzosaba

L’agriculture familiale constitue un pilier fondamental du développement intégral des nations, selon le directeur de l’INADES-Formation Burundi, qui animait jeudi soir un exposé au cours d’un atelier organisé par le Forum pour le renforcement de la société civile (FORSC) et l’INADES-Formation Burundi, dans le cadre de la préparation de l’année internationale de l’agriculture familiale (AIAF), prévue en 2014. Parmi les problèmes que connait ce pilier figurent notamment le manque d’accès et de contrôle des ressources liées à la terre, à la technologie, à la formation et au crédit ; l’instabilité des prix fixés par le marché qui font que l’agriculture familiale voit sa rentabilité et sa viabilité constamment secouées ; l’instabilité du secteur agricole du fait des variations météorologiques ainsi que les facteurs technologiques et sociopolitiques, a poursuivi le directeur de l’INADES. Il s’agit également des politiques nationales et internationales mal conçues et mal appliquées, des gouvernements qui ne soutiennent pas réellement le secteur rural et de l’accaparement des terres agricoles par des entreprises multinationales. Cette situation a pour conséquences une situation d’ample pauvreté rurale, parfois extrême, qui touche plus de 1.020 millions avec un risque d’augmentation pour devenir une réalité chronique, des crises alimentaires et l’exode rurale, une augmentation du chômage et une perte progressive de la souveraineté alimentaire. La campagne pour l’AIAF a été initiée par le Forum rural mondial (Réseau d’organisations de développement rural, d’associations agricoles, d’éleveurs et de pêcheurs). Elle a été portée par 360 organisations de 60 pays des cinq continents, orientée par un comité consultatif mondial de l’AIAF et soutenue par 40 Etats et gouvernements. Après trois ans d’intenses activités, l’année 2014 a été déclarée « Année Internationale de l’Agriculture Familiale (AIAF) le 22 décembre 2011 par la 76ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies, à travers la résolution N°66/222. Il a été reconnu par la même occasion, que l’agriculture familiale et les petites exploitations constituent un moyen important pour parvenir à une production alimentaire viable, assurer la sécurité alimentaire et faire reculer la pauvreté.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)