Burundi : retraite sur l’amélioration du climat des affaires au Burundi

mardi 12 novembre 2013,par Jean Bosco Nzosaba

Le deuxième vice-président de la République du Burundi, M. Gervais Rufyikiri, a procédé lundi à Bujumbura, à l’ouverture des travaux d’une retraite de deux jours en faveur des différents intervenants en matière d’amélioration du climat des affaires au Burundi, a-t-on appris de source officielle. Dans son mot d’ouverture de ladite retraite, le deuxième vice-président a réaffirmé l’engagement du gouvernement du Burundi à poursuivre les réformes en matière d’amélioration du climat des affaires initiées depuis 2011. Il a en outre rappelé que cette retraite sur les réformes Doing Business se tient au lendemain de la publication par la Société financière internationale de la Banque Mondiale, du rapport Doing Business 2014, rendu public le 29 octobre 2013 et classant le Burundi pour la troisième fois consécutive, parmi les 10 économies au monde qui ont le plus amélioré la réglementation des affaires. Selon ce rapport, le Burundi fait également partie des trois économies africaines ayant effectué la plus forte progression, à travers différents domaines mesurés par le rapport, notamment le transfert de propriété pour lequel le Burundi a avancé de 72 places, en passant du 124ème rang en 2013 à 52 en 2014, a-t-il ajouté. Bien plus, a poursuivi M. Rufyikiri, au niveau du classement des pays, le Burundi a avancé de 17 places en passant de la 157ème place en 2013 à la 140ème place en 2014 sur les 189 économies évaluées, soit une progression de 40 places depuis le début des réformes. Pour le deuxième vice-président de la République, cette retraite est une occasion offerte aux différents intervenants en matière d’amélioration du climat des affaires en général, et aux membres des Groupes techniques de travail en particulier, pour renforcer leurs capacités, afin qu’ils puissent proposer de nouvelles réformes sur les indicateurs du Doing Business, à même de contribuer à faire du Burundi, un pays davantage attractif pour les investissements. En d’autres termes, a-t-il martelé, la retraite permettra aux participants en général et aux groupes techniques de travail en particulier à faire une auto-évaluation à mi-parcours des progrès réalisés depuis le début de l’initiation et la mise en oeuvre des réformes en 2010 ; bien maîtriser la méthodologie Doing Business, les mécanismes de réformes et les meilleures pratiques internationales en la matière ; prendre connaissance du rapport « monitoring and evaluation baseline and midterm evaluation final report » en vue de maîtriser le processus de suivi/ évaluation des réformes et consolider les plans d’action du Doing Business des différents groupes techniques de travail à court et moyen-terme. Le deuxième vice-président de la République n’a pas manqué de remercier vivement tous ceux qui, de près ou de loin, contribuent à l’initiation et à la mise en oeuvre des réformes Doing Business au Burundi, notamment la Société financière internationale et TradeMark East Africa pour leur assistance technique et financière.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)