Débats autour du processus de réforme du secteur de sécurité

mardi 26 novembre 2013,par Jean Bosco Nzosaba

Les acteurs étatiques et non étatiques du secteur de sécurité de la région ouest du Burundi participent, depuis ce lundi 25 novembre 2013 à Bujumbura, à des journées de réflexion et d’échanges sur le processus de Réforme du secteur de sécurité (RSS) au niveau déconcentré, a-t-on constaté sur place. Ces journées, qui dureront deux jours, ont été organisées par le programme de Développement du secteur de sécurité (DSS), volet Gouvernance, en collaboration avec les ministères en charge de la Défense, la Sécurité publique et l’Intérieur. Elles ont vu la participation des cadres des trois ministères ainsi que les représentants de la société civile et des médias. Les échanges sont centrés sur un certain nombre de thèmes entre autres le concept RSS et le processus de DSS au Burundi, les réalisations, atouts et défis de la RSS/DSS, l’appropriation nationale (durabilité de la RSS/DSS). Le directeur général de la Police nationale burundaise (PNB), M. André Ndayambaje, qui a ouvert les travaux de ces journées, a fait remarquer que la complicité de la gestion de la sécurité subsiste étant donné que les accords de paix et la Constitution ne pouvaient pas être une baguette magique pour changer le cours de l’histoire des Burundais, précisant qu’ils étaient une base et un fondement d’un processus de transformation de mentalités et de professionnalisation des nouveaux corps de défense et de sécurité, en suivant les principes du nouveau contrat social. Le directeur général de la PNB a par ailleurs fait remarquer que la gouvernance sécuritaire reste un défi, étant donné que le Burundi fait face aux multiples caractéristiques des contextes fragiles qui doivent être considérés en même temps, vu leurs interactions et leur importance dans la stabilisation du système sécuritaire burundais. Parmi les défis qui restent à relever pour que la réussite de la RSS soit effective, le directeur général de la PNB a parlé entre autres des aspects matériels liés à la mise en place de la police professionnelle et de proximité, d’une armée moderne et professionnelle et la formation des membres des corps de défense et de sécurité dans plusieurs domaines. Alwin Van Den Boogaard, directeur du programme DSS qui a fait une présentation sur « l’approche nationale de la RSS », a fait remarquer que la réforme de ce secteur comprend un processus d’analyse, d’examen et d’application qui vise à instaurer un système de sécurité efficace et responsable pour l’Etat et ses citoyens sans discrimination et dans le plein respect des droits de l’homme et de l’Etat de droit. Il sied de mentionner que l’organisation de ces journées de réflexion et d’échanges, qui se tiendront dans toutes les régions de police et de la Force de défense nationale, s’inscrit dans le cadre de la mise en exécution du mémorandum d’entente qui a été signé entre le Burundi et le Royaume des Pays-Bas en avril 2009.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)