Exit la prise d’acte des conclusions du 4ème congrès ordinaire du parti UPRONA

vendredi 31 janvier 2014,par Jean Bosco Nzosaba

Le ministre burundais de l’Intérieur, M. Edouard Nduwimana, a décidé d’annuler mercredi la prise d’acte des conclusions du 4ème congrès ordinaire du parti UPRONA (Union pour le progrès national) du 16 septembre 2012 à Gitega (centre) au terme desquels le député Charles Nditije avait été élu président de cette formation politique. M. Nduwimana a ajouté que l’annulation de cette prise d’acte, vise à faire respecter les décisions prises par la Chambre administrative de la Cour suprême du Burundi au lendemain du désistement des deux parties upronistes pour la poursuite du litige qui les opposait jusque-là. Il a rappelé que le 27 janvier courant, la Cour suprême a rendu des jugements portant « non lieu à statuer » dans l’affaire qui opposait les deux tendances upronistes, en déclarant nuls les congrès provinciaux et communaux du parti UPRONA tenus respectivement en février et en mai 2012 et à la suite desquels le congrès national de l’UPRONA de Gitega avait été organisé. Il a indiqué par ailleurs que, désormais, les organes élus avant les arrêts précités, « sont seuls conformes aux statuts du parti UPRONA et partant reconnus par la loi ». En réaction à cette décision du ministre de l’Intérieur, le président de l’UPRONA, M. Charles Nditije, et celui du courant de réhabilitation de cette formation politique, Evariste Ngayimpenda, se sont inscrits en faux contre cette décision qui légitime le député Bonaventure Niyoyankana à la tête du parti UPRONA. Ils ont demandé au pouvoir d’éviter de s’ingérer dans le fonctionnement intérieur de l’UPRONA à travers des actions tendant à vouloir légitimer le député Niyoyankana à la direction de cette formation politique dans la mesure où ce dernier a terminé son mandat depuis belle lurette. Par ailleurs, ont-ils fait remarquer, le député Niyoyankana et le secrétaire général du parti, Gaston Sindimwo, ont été suspendus du parti pour fautes graves de trahison.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)