Burundi – Droits de l’homme : Bilan de la ligue Iteka pour l’année 2013

vendredi 31 janvier 2014,par Jean Bosco Nzosaba

La Ligue des droits de l’homme, Iteka, a enregistré 353 personnes tuées et 493 autres blessées en 2013, a fait remarquer jeudi à Bujumbura M. Joseph Ndayizeye, président de la ligue au cours d’un atelier de présentation du rapport sur la situation des droits de l’homme au Burundi de 2013. En effet, a-t-il précisé, l’année 2013 a été marquée par beaucoup d’événements, des faits et quelques incidents qui ont eu des répercussions sur la situation des droits de l’homme. Il s’agit notamment des vols répétitifs à main armée nocturnes dans les ménages, des attaques perpétrées par des groupes armés de fusils. La consommation des boissons prohibées reste également un autre facteur d’insécurité. De plus, la paupérisation est à la base de beaucoup de problèmes sociaux, notamment les conflits fonciers, les abandons scolaires, les violences conjugales, les mariages précoces, les enfants de la rue, la mendicité, a-t-il fait savoir. Les viols et violences domestiques ont continué à faire parler d’eux au Burundi en 2013 malgré le code pénal de 2009 qui réprime ces crimes. L’année écoulée a été aussi marquée par le phénomène de trafic de jeunes mineures, a-t-il déploré. Les experts évaluent la valeur du marché central de Bujumbura victime de l’incendie de janvier 2013 à 5 milliards de FBu et la place constituait un centre stratégique de façon qu’une place d’un stand puisse coûter plus de 51 millions de francs burundais. Il a noté que cet incendie a eu un impact négatif sur l’économie burundaise. Cependant, les cas de torture ont sensiblement été réduits bien que cette pratique existe encore dans le pays, a reconnu le président de la ligue Iteka

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)