Burundi-droits de l’homme : la ligue Iteka publie son bilan 2013

mardi 11 février 2014,par Jean Bosco Nzosaba

L’année 2013 a été caractérisée sur le plan politique et de gouvernance démocratique par des lamentations et des dénonciations en rapport avec l’adoption et la promulgation de la loi régissant la presse que certains milieux des journalistes et de la société civile, même de certains milieux diplomatiques, ont qualifié de sévères, car portant restriction de la liberté de la presse et d’expression, indique un rapport de la ligue des droits de l’homme Iteka sur la situation des droits de l’homme au Burundi, édition 2013. Les organisations des médias ont attaqué cette loi en inconstitutionnalité auprès de la cour constitutionnelle. Toutefois, la ligue Iteka reconnaît une accalmie politique qui a permis à certains leaders politiques burundais en exil de rentrer dans leur pays. C’est ainsi que le Bureau des Nations Unies au Burundi (BNUB) a organisé une rencontre des acteurs politiques burundais afin de faire un examen rigoureux des problèmes nationaux et de tirer au clair les directives à suivre dans processus électoral de 2010. Le BNUB a réussi à permettre aux différents acteurs politiques burundais à constituer « une feuille de route pour la tenue des élections inclusives, transparentes, libres et justes en 2015 ». Les acteurs politiques de l’opposition ont continué à dénoncer un contexte démocratique déficitaire malgré l’existence de cette feuille de route. La tentative du pouvoir de réviser la Constitution du Burundi en octobre 2013 sans une large consultation d’autres partenaires de la vie nationale a fait monter la tension dans les sphères politiques de l’opposition et des organisations de la société civile burundaise, note la ligue Iteka. Sur le plan judiciaire, les justiciables se plaignent de la lenteur des jugements. Des dossiers passent plus que le temps légal en délibéré, tandis que d’autres ne sont pas exécutés, lorsqu’ils sont jugés. Néanmoins, la ligue Iteka reconnaît les effets positifs du désengorgement des prisons. Des itinérances des magistrats et des jugements de fragrance ont été réalisés, ajoute le rapport de la ligue Iteka.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)