Le bureau burundais d’Afro baromètre publie ses résultats de sondage

vendredi 14 mars 2014,par Jean Bosco Nzosaba

Les citoyens burundais partagent les perceptions sur les principes démocratiques avec ceux des autres pays de l’Afrique de l’Est (Kenya, Tanzanie et Ouganda), apprend-on de M. Christophe Sebudandi, directeur exécutif de l’organisation « Groupe de Recherche et d’Appui au Développement des Initiatives Démocratiques (GRADIS) » partenaire national d’Afrobaromètre (réseau africain de recherche). M. Sebudandi, qui procédait à la présentation des résultats d’un sondage réalisé du 26 novembre au 12 décembre 2012 au niveau national par GRADIS, a précisé qu’au niveau de la liberté des médias, la liberté d’expression est légitimement perçue comme essentielle par tous les citoyens des quatre pays de l’Afrique de l’Est. Pourtant, a-t-il fait remarquer, la question posée n’est pas assez facile pour des populations restées longtemps sous le régime de parti unique où la propagande des anciens partis uniques et des partis au pouvoir a diabolisé les médias. Ceux-ci ont vu leur image ternie dans une région où ils ont joué un rôle négatif et causé ainsi des torts irréversibles dans les crises que certains pays ont connues (cas des médias de la haine au Rwanda, au Burundi et au Kenya). En dépit de ces expériences négatives, a-t-il poursuivi, la réponse des citoyens burundais, tanzaniens, kenyans et ougandais sur la question relative à la liberté des médias, est que 72% des répondants soutiennent que les médias publient n’importe quelle opinion ou idée sans le contrôle du gouvernement. En ce qui concerne la méthode de choix des dirigeants, plus de 85% des personnes interrogées dégagent un consensus favorable aux élections régulières et libres, a-t-il souligné. Ainsi, a-t-il ajouté, les ougandais viennent en tête avec 89% d’opinions favorables, suivis de très près par les burundais (88%), puis les tanzaniens (84%), et les kenyans (82%). Signalons que le sondage réalisé a porté sur un échantillon de 1200 burundais.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)