Des OSC échangent sur les perspectives d’une synergie sur le suivi budgétaire

mercredi 19 mars 2014,par Jean Bosco Nzosaba

L’organisation Parole et action pour le réveil des consciences et l’évolution des mentalités (PARCEM) a organisé lundi 17 mars 2014 à Bujumbura un atelier d’échange sur les perspectives d’une synergie sur le suivi budgétaire. Retraçant le contexte de la synergie des organisations de la société civile, M. Richard Ntawe de l’organisation PARCEM, a indiqué que c’est à travers le budget que le peuple évalue les actions entreprises par les dirigeants pour promouvoir le développement du pays. Ainsi, dira-t-il, les organisations de la société civile se sont fixées comme objectif de travailler en synergie afin de mener ensemble un plaidoyer fort auprès des décideurs. C’est dans ce cadre qu’a été organisé lundi l’atelier avec un triple objectif. Premièrement, il s’agit d’amener les participants à échanger sur les recommandations élaborées par la synergie des organisations de la société civile et transférées par la suite au parlement. Deuxièmement, ils vont élaborer et discuter le plan de suivi du processus d’exécution du budget 2014 et de préparation de la loi des finances 2015. En dernier lieu, il était question de mettre en place un noyau de quelques organisations pour animer cette plate-forme. Parmi les recommandations soulevées par la synergie, figure la question des exonérations, la baisse des recettes dans certains secteurs comme celles provenant des missions de maintien de la paix en Somalie et l’absence de transparence dans l’affectation des fonds au sein de certains secteurs. Quant aux actions à mener dans le cadre de l’élaboration et du suivi du processus budgétaire, le constat a été qu’il faut un suivi régulier depuis sa première phase d’élaboration jusqu’à la fin de son exécution en passant par les discussions entre le gouvernement et les ministères d’une part et entre le gouvernement et les bailleurs de fonds d’autre part. Aussi, ces organisations pourraient appuyer le gouvernement à défendre les priorités du pays auprès des bailleurs en cas de besoin. Les différents acteurs doivent aussi avoir une vision prospective sur l’affectation du budget dans les différents secteurs. Ainsi on saurait pourquoi le budget a augmenté dans tel secteur et pourquoi il a diminué dans tel autre secteur. Pour agir efficacement, ces organisations doivent aussi s’assurer qu’il n’y ait pas de gaspillage de moyens et de temps en menant les mêmes actions alors qu’il y a moyen de se répartir les tâches. Dans cette dynamique, la synergie doit penser déjà à la cartographie des organisations intervenant dans tel ou tel autre domaine d’activités afin de les regrouper par secteur.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)