Conférence de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie

vendredi 4 avril 2014,par Jean Bosco Nzosaba

La sixième conférence des présidents d’Assemblées et des sections de la région Afrique de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) se tient depuis jeudi, à Bujumbura, sous le thème « le rôle des parlements dans la gouvernance en Afrique ». Sur 27 pays d’Afrique ayant le Français en partage, cette rencontre a enregistré les délégations de 14 pays à savoir le Burundi, le Bénin, le Cameroun, la Guinée Bissau, la Guinée équatoriale, le Madagascar, le Mali, le Maroc, la RDCongo, le Rwanda, le Sénégal, le Tchad, la République Centrafricaine et le Congo Brazzaville. Les pays qui n’étaient pas représentés lors de l’ouverture sont le Burkina Faso, l’Egypte, le Gabon, la Guinée, la Mauritanie, le Niger, le Cap-Vert, la Côte d’Ivoire, le Togo, la Tunisie, les Iles Maurice, les Iles Comores et les Iles Seychelles. Sur l’agenda de cette conférence de trois jours, il est prévu entre autres l’échange sur la situation politique qui prévaut dans les pays de l’espace francophone d’Afrique et l’examen de l’avant-propos de modification de certaines dispositions du Règlement de la Région d’Afrique. Lors de l’ouverture officielle, le 1er vice-président de la République du Burundi, M. Prosper Bazombanza a souligné que le Burundi est membre de la francophonie depuis 1970. Il a par ailleurs précisé que l’organisation internationale de la Francophonie a, à son actif, un bilan très apprécié en rapport avec l’instauration et le développement de la démocratie dans le monde, la prévention, la gestion et la résolution des conflits, la consolidation de l’Etat de droit et le respect des droits de l’homme, le renforcement du dialogue intellectuel et le rayonnement international de la langue française. Parlant des pays africains en situation de sécurité critique, M. Bazombanza, a exprimé sa satisfaction quant aux résultats des résolutions et recommandations des instances internationales dont l’Assemblée parlementaire de la Francophonie. Les pays concernés retrouvent peu à peu la voie du dialogue. Pour le 1er vice-président de l’APF en même temps président de l’Assemblée nationale de la RD Congo, M. Aubin Njalandjoko Minaku, cette rencontre manifeste la volonté commune de poursuivre la promotion en Afrique des idéaux de la francophonie à savoir la paix, la solidarité entre les peuples, la démocratie, la Bonne gouvernance et le respect des droits humains à travers notamment les institutions parlementaires dans les pays membres de l’APF. Ce parlementaire a souhaité que les délibérations tiennent compte des évolutions nouvelles de la situation politique au Mali, au Madagascar et en Guinée. M. Ndjalandjoko Minaku a souhaité également que des options judicieuses pour le bon fonctionnement des instances de la région d’Afrique soient levées. A propos de la solidarité et de la coopération au sein de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, le président de l’Assemblée nationale du Burundi, M. Pie Ntavyohanyuma, a exprimé sa reconnaissance à l’APF pour son appui au parlement burundais (Assemblée et Sénat) à travers son programme NORIA.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)