Le taux de décès liés au Sida recule de 33% entre 2005 et 2013 en Afrique subsaharienne

jeudi 17 juillet 2014,par Jean Bosco Nzosaba

Le taux de décès liés au Sida a chuté de 33% entre 2005 et 2013 en Afrique subsaharienne, qui reste néanmoins la zone la plus touchée par le virus, selon le rapport annuel de l’ONUSIDA, rendu public le 16 juillet 2014. Le taux le plus élevé de nouvelles contaminations a été, en très grande majorité, enregistré en Afrique subsaharienne, qui, avec près 1,5 million de nouvelles infections l’an dernier, reste la région la plus touchée par le virus, souligne l’Onusida qui se réjouit néanmoins de la baisse de ce taux de 33% entre 2005 et 2013. D’après le document, 1.1 million de personnes sont mortes du VIH/Sida en Afrique subsaharienne en 2013, sur près de 24,7 millions de personnes contaminés (dont 2,9 millions d’enfants). Les pays les plus touchés par l’épidémie étant l’Afrique du Sud et le Nigeria, a révélé le rapport annuel des experts de l’ONU. Les ressources financières allouées à la lutte contre le sida sont en nette augmentation :"19,1 milliards de dollars étaient disponibles l’an dernier, contre seulement 4,6 milliards il y a 10 ans. Toutefois, il faudrait entre 22 et 24 milliards de dollars par an pour financer la riposte au Sida", a souligné l’agence onusienne. "Mettre fin à l’épidémie de sida est possible" a estimé le directeur exécutif de l’Onusida, Michel Sibidé, lors de la présentation du rapport. "Si nous accélérons l’ensemble de la mise à niveau en matière de VIH d’ici à 2020, nous serons sur la bonne voie pour mettre fin à l’épidémie d’ici à 2030. Sinon cela peut prendre une décennie voire davantage", a relevé le directeur. La 20e conférence internationale sur le Sida se tiendra du 20 au 25 juillet à Melbourne (Australie). Source : Anadolu Agency

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)