Burundi – EAC : les lauréats des universités de la sous-région en panne de sens de créativité, d’innovation et d’entreprenariat

mardi 30 septembre 2014,par Jean Bosco Nzosaba

En prélude à la tenue à Kigali au Rwanda du 3ème Forum du conseil interuniversitaire pour l’Afrique de l’est (IUCEA), le secrétaire exécutif dudit conseil, M. Mayunga Nkunya, a animé samedi dernier à Bujumbura, un point de presse pour faire le point sur les résultats d’une étude menée dans les cinq pays partenaires de l’East african community (EAC), pour déterminer les convergences entre les curricula de l’enseignement supérieur et l’employabilité des lauréats. Ses conclusions ont montré que les responsables des universités et centres d’enseignement supérieur dans la zone EAC croient encore qu’entre 70% et 80% de leurs lauréats disposent des connaissances qui répondent aux exigences du marché de l’emploi. Une perception qui n’est pas partagée par les employeurs qui disent que moins de 50% sont employables. En dépit des fortes connaissances académiques acquises, ces lauréats accusent un manque de créativité, d’innovation et d’entreprenariat. « Quand on leur demande ce qu’il faut pour transformer une société, augmenter sa production, ils n’ont pas d’idées. Aussi, ils ne sont pas capables de rédiger un rapport d’activités ou de faire une présentation, faute de confiance en soi », a rapporté le professeur Nkunya. Les résultats de l’enquête informent aussi sur la nécessité d’harmoniser les systèmes éducatifs nationaux et les qualifications décernées dans les Etats partenaires. « Nous devons les harmoniser pour permettre aux étudiants et aux lauréats de circuler dans les pays de l’EAC et pouvoir y étudier et au final avoir une qualification qui est reconnue au niveau régional », a-t-il souligné.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)