Démarrage du projet d’amélioration de la gestion et de la gouvernance foncière au Burundi

mardi 28 octobre 2014,par Jean Bosco Nzosaba

Le deuxième vice-président de la République du Burundi, M. Gervais Rufyikiri a lancé, le 27 octobre 2014, à Bujumbura, le projet d’amélioration de la gestion et de la gouvernance foncière au Burundi, un projet qui fournira une contribution substantielle à l’amélioration de la gestion et de la gouvernance foncière des terres domaniales. Le projet sera mis en œuvre pendant une période de quatre ans, pour un montant de 12 milliards de francs burundais offerts par l’Union européenne en partenariat avec la coopération allemande gérée par la GIZ. L’objectif principal du projet est de contribuer au développement d’une gestion foncière favorable à l’atténuation des risques de conflits interpersonnels, à l’accès à la terre par des personnes vulnérables, à la production et au développement économique équitable au Burundi, ont indiqué différents orateurs du jour. Le Burundi repose encore essentiellement sur le secteur agricole et les revenus de sa population dépendent directement des ressources tirées de la terre, a indiqué le deuxième vice-président. Cette pression très importante sur les ressources foncières entraîne la raréfaction des terres traditionnellement cultivables ou le morcellement de celles-ci et la nécessité d’une colonisation de terres marginales. Cela conduit à une augmentation des conflits fonciers et une insécurité généralisée sur les droits fonciers, a-t-il souligné. Les activités seront centrées sur l’inventaire, le cadastrage et l’enregistrement au cadastre national et aux titres fonciers des terres appartenant à l’Etat, en utilisant les équipements modernes appropriés. Le projet mettra en place un guichet unique spécial aux titres fonciers, et procèdera à l’archivage et à la localisation des anciens titres fonciers. Il établira aussi une feuille de route pour un processus systématique de certification des terres privées. Notons que la mise en œuvre du programme sera sous la responsabilité du ministère de l’Eau, de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de l’Urbanisme, en coopération avec la GIZ.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)