le Burundi affirme sa détermination à lutter contre l’insécurité

mercredi 5 novembre 2014,par Jean Bosco Nzosaba

Le Gouvernement du Burundi a réitéré, mardi, sa détermination à assurer la sécurité des biens et des personnes et à sévir contre toute source d’insécurité sur tout le territoire national, selon un communiqué du Ministère des Relations Extérieures et de la Coopération Internationale publié le 4 novembre. « Tout est mis en œuvre pour étouffer dans l’œuf le phénomène de banditisme récurrent chaque fois que les élections générales approchent », affirme le communiqué. Bujumbura s’est dit « très surpris par la prise de position des USA et de la Belgique sur cette question sécuritaire visant à présenter le Burundi comme un pays en proie à une insécurité préoccupante », rapporte le texte. Le 31 octobre dernier, le ministère belge des Affaires étrangères avait indiqué, dans une note d’information à l’attention des citoyens belges résidant au Burundi, que « des actes de violence ponctuels impliquant des individus lourdement armés se produisent encore régulièrement dans certaines régions du Burundi, malgré une stabilisation générale de la situation sécuritaire après de longues années de guerre civile ». Quasiment au même moment, le département d’Etat américain conseillait aux citoyens américains d’éviter les voyages non importants au Burundi et aux ressortissants américains au Burundi d’être prudents, en évoquant de « possibles menaces terroristes des Al-shabab sur leBurundi ». Bujumbura a regretté ce genre de prise de position « qui vise à présenter le Burundi comme un pays en proie à une insécurité préoccupante et qui peut décourager des partenaires et des touristes au moment où le Burundi encourage l’investissement étranger, le tourisme, se prépare pour les élections générales l’année prochaine et souhaite qu’il y ait des observateurs venant de tous horizons », poursuit le communiqué. Le ministère a également insisté sur le fait que pour « les expatriés de toute nationalité et les personnes désireuses de se rendre au Burundi la sécurité est globalement bonne sur tout le territoire national. ». « Les forces de sécurité, l’administration à tous les niveaux en collaboration avec la population n’accorderont aucun répit aux bandits et à tout fauteur de troubles », insiste le communiqué. « Les missions diplomatiques, les organisations internationales et les ONG étrangères sont invités à poursuivre tranquillement leurs activités et à tenir le ministère informé de tout fait ou incident afin de leur fournir le concours nécessaire et en temps utiles », précise le texte. Il y a une semaine, deux personnes accusées de collaborer avec les groupes armés somalien et nigérian Al Shebab et Boko Haram, ont été appréhendées par la Police Nationale Burundaise (PNB), selon des sources policières.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)