Deux projets favorables à la sécurité alimentaire au Burundi

lundi 17 novembre 2014,par Jean Bosco Nzosaba

Le ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, Mme Odette Kayitesi et le représentant de l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO), M. Mohamed Hama Garba, ont lancé officiellement vendredi, à Bujumbura, deux projets favorables à la sécurité alimentaire d’un montant de 752.000 USD. Mme Kayitesi a précisé que ces deux projets, à savoir "Appui à la mise en place et à la gestion des potagers familiaux pour l’amélioration de la nutrition de ménages cibles du Burundi (PPF) " évalué à 493.000 USD et "Appui aux renforcement des capacités de résilience de la population à travers une mise en place d’un système de prévention et de gestion des risques de catastrophes à base communautaire dans le secteur de la sécurité alimentaire" dont le coût est estimé à 259.000 USD, ne viennent que pour renforcer les actions du gouvernement en matière de sécurité alimentaire, à travers le Programme national d’investissement agricole (PNIA). En effet, a-t-elle expliqué, le seuil de la pauvreté reste élevé dans toutes les provinces du pays, avec près de 70% de la population qui vit en dessous du seuil de pauvreté, précisant que le taux de malnutrition chronique s’élève à 58% et celui de malnutrition aigue supérieur à 10%. A cela s’ajoutent les risques et catastrophes naturels associés aux changements climatiques couplés aux effets atrophiques menaçants (incendies de marchés, inondations, déficit hydrique, glissement de terrain et éboulements, maladies de culture et du bétail), a déploré la ministre Kayitesi avant d’ajouter que ces catastrophes détruisent les cultures, emportent les stocks de vivres, créent des déplacements temporaires des populations (cas des pluies diluviennes du 9 février 2014), accentuent la vulnérabilité et exacerbent la pauvreté des ménages. Par ailleurs, M. Hama Garba a fait savoir que la mise en œuvre des deux projets financés sur fonds propres de la FAO est une opérationnalisation du Cadre Programmation Pays 2012-2016 signé en mai 2013 entre le gouvernement burundais et la FAO. Cette programmation, a-t-il explicité, est parfaitement alignée au PNIA et au deuxième Cadre stratégique de croissance et de lutte contre la pauvreté (CSLP II).

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)