Elections 2015 : Enrôlement des électeurs

mercredi 26 novembre 2014,par Jean Bosco Nzosaba

Les activités d’enrôlement aux élections de 2015 ont démarré comme prévu le lundi 24 novembre 2014 dans toutes les provinces du Burundi pour une durée de deux semaines, a-t-on constaté sur place. A Bubanza (nord-ouest), des données du 1er jour d’inscription au rôle d’électeurs montrent un taux de participation faible du sexe féminin, apprend-on de la Commission électorale provinciale indépendante (CEPI) de Bubanza. Lundi le 24 novembre, au 1er jour d’inscription, 23.474 personnes se sont faites inscrire dans toutes les cinq communes de la province Bubanza. Sur ce nombre, les femmes et filles ne dépassent pas 30%, surtout en communes Gihanga et Musigati. Le président de la CEPI, l’abbé Conrad Bucumi, lance un appel aux autorités administratives de s’impliquer dans la sensibilisation des habitants de leurs localités respectives afin qu’ils se fassent enregistrer au rôle d’électeur. L’abbé Bucumi évoque également une contrainte liée aux militaires en formation à Mudubugu qui se préparent pour aller en Somalie. Selon lui, même s’ils sont en train d’être inscrits, ils auront un problème de voter car ils seront déjà partis. Par ailleurs, en commune Gihanga, précisément au village 2, deux personnes en train de photographier ceux qui n’ont pas encore eu de cartes nationales d’identité ont été arrêtées par des administratifs à la base, disant qu’ils sont en train de le faire sans permission des autorités communales. Ils ont été conduits au poste de police de Gihanga où ils sont actuellement détenus, a-t-on appris de sources sur place. L’employeur de ces deux hommes, nommé Bandusha, déplore cette arrestation et indique qu’ils seraient arrêtés parce qu’ils seraient membres du parti FNL. L’administrateur communal de Gihanga, contacté à propos, nie ces propos et souligne qu’aucun des deux n’avait l’insigne de ce parti. A Ruyigi (est), les activés d’enrôlement de la population pour les élections de 2015 ont été des plus faibles au cours de la première journée en commune Butaganzwa. A 8h30, au centre d’enregistrement de Nyaburondwe, deux personnes seulement s’étaient fait inscrire. A 8h45, au centre de Kirangara, un mandataire politique a été renvoyé parce qu’il n’avait pas de lettre d’accréditation, et six personnes s’étaient déjà faites inscrire. Au centre de Batye, deux mandataires sans lettres d’accréditation ont été renvoyés, et cinq personnes étaient enregistrées vers 9h. On avait enregistré quatre personnes à 9h35’ au centre de Masake. Un mandataire politique sans lettre d’accréditation a été également renvoyé. Vers 10h20’, huit personnes étaient enregistrées à Nyagashubi, tandis que vers 11h, 19 personnes étaient enregistrées aux deux centres de Kizigama et Maramvya où deux mandataires politiques ont été renvoyés pour les mêmes raisons que les précédents. Vers 11h 40, 13 personnes avaient déjà été inscrites à Nyamugari, tandis qu’à Rugata, 15 personnes étaient inscrites vers 12h. On a relevé quelques cas de personnes qui voulaient faire inscrire des personnes se trouvant en Tanzanie. Au centre de Kigarama I, deux mandataires politiques du parti CNDD-FDD ont pu rester malgré qu’ils n’aient pas de lettres d’accréditation. A ce centre, vers 12h20’, 22 personnes étaient inscrites. Pour les deux centres de Musenga I et II, 40 électeurs étaient inscrits et trois mandataires politiques sans lettres d’accréditation ont été obligés de retourner chez eux. A ce centre, certains maris avaient apporté les cartes d’identité de leurs femmes pour les faire enregistrer, évoquant le motif de grossesse ou de non disponibilité, mais ils n’ont pas été reçus. Malgré cette faible participation, le conseiller technique de l’administrateur communal de Butaganzwa chargé du développement, M. Onésime Hakizimana a indiqué à l’ABP que la sensibilisation avait été faite sur toutes les collines et des communiqués lus dans les églises. Il a précisé que des cartes nationales d’identité ont été par ailleurs distribuées en grand nombre. A Ngozi (nord), un peu plus de 45.000 personnes dont 18.086 de sexe féminin se sont fait enrôler dans différentes communes lundi, au premier jour de la campagne d’enrôlement des électeurs, a indiqué le président de la Commission électorale provinciale indépendante (CEPI), M. Désiré Minani. Selon ce dernier, aucune contrainte majeure n’a encore été enregistrée jusqu’ici, signalant que même les bureaux d’enregistrement travaillant en plein air ont été installés dans des corridors d’écoles à l’intérieur desquelles ils peuvent facilement déménager en cas de mauvais temps. Pour ce qui est de l’observation du déroulement de l’enrôlement, le président de la CEPI a indiqué que des lettres d’accréditation avaient été remises aux membres des associations de la société civile ainsi que des partis politiques, et continuaient d’être remises à ceux qui les sollicitaient. Au premier jour de l’activité, d’après cette source, au moins quatre partis politiques avaient des observateurs accrédités sur le terrain, à savoir le CNDD-FDD, le MSD, le FNL, l’UPRONA. Cette liste pourrait s’allonger au fur et à mesure des demandes d’accréditation, a-t-il dit. source : ABP

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)