La Chine et le Burundi conviennent de renforcer leurs relations bilatérales

mardi 16 avril 2019,par Jean Bosco Nzosaba

La Chine et le Burundi ont convenu de renforcer leurs relations bilatérales à l’occasion de la visite de trois jours qu’effectue Cao Jianming, vice-président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale (APN, Parlement chinois), dans ce pays d’Afrique centrale. Les deux nations entretiennent une amitié traditionnelle profonde et les relations bilatérales connaissent leur meilleure période dans l’histoire sous la direction de leurs chefs d’Etat, a estimé M. Cao.

A l’invitation de l’Assemblée nationale burundaise, M. Cao effectue un séjour du 14 au 16 avril, à l’occasion duquel il a déjà été reçu par le président burundais Pierre Nkurunziza et la 1ère vice-présidente du Sénat, Spès-Caritas Njebarikanuye. Il a aussi eu des entretiens avec le président de l’Assemblée nationale burundaise, Pascal Nyabenda.

La Chine est disposée à respecter les principes de sincérité, de résultats pratiques, d’affinité et de bonne foi et à défendre les valeurs de l’amitié, de la justice et des intérêts partagés dans le cadre de sa collaboration avec le Burundi afin de concrétiser les consensus auxquels sont parvenus les dirigeants des deux pays, ainsi que les résultats du sommet du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) de septembre dernier à Beijing, a déclaré M. Cao.

La Chine mettra en synergie les huit initiatives majeures proposées lors du sommet de Beijing avec le programme de développement national du Burundi 2018-2027. Elle renforcera les échanges et la coopération dans tous les domaines, y compris législatifs, afin de bâtir une communauté de destin plus forte entre la Chine et le Burundi, ainsi qu’entre la Chine et l’Afrique, a-t-il souligné.

Le Burundi a salué les liens bilatéraux et la coopération amicale entre les deux pays et a sincèrement remercié la Chine pour son aide et son soutien sur le long terme aux efforts déployés par le Burundi pour préserver sa souveraineté et développer son économie.

La partie burundaise a dit vouloir améliorer davantage la confiance politique mutuelle, approfondir la coopération pratique et renforcer la coordination et la coopération dans les affaires internationales avec la Chine, élevant ainsi leurs relations bilatérales à un nouveau niveau.

Source : Xinhua

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)