Analyse de l’état des lieux de la carrière des magistrats au Burundi

mardi 1er octobre 2019,par Jean Bosco Nzosaba

La carrière des magistrats burundais constitue une des préoccupations majeures des pouvoirs publics mais aussi et surtout des intéressés eux-mêmes. En effet, il est un constat évident que la carrière des magistrats burundais s’épanouit dans un cadre légal bien précis soutenu par une reconnaissance et une réaffirmation des grands principes sacro-saints comme la séparations des pouvoirs, l’indépendance de la magistrature, l’impartialité et la neutralité du magistrat, l’égalité des citoyens devant la loi , etc.….lesquels principes sont inscrits tant dans les instruments juridiques nationaux que régionaux et internationaux. Sur le plan du recrutement, par exemple, il y a coexistence de deux textes qui déterminent le rôle du ministre ayant la Justice dans ses attributions dans le processus de recrutement des magistrats mais avec le concours de structures différentes, notamment le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) et le Centre de formation professionnel de justice (CFPJ).

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)