Le cannabis en Afrique : Le taux le plus élevé enregistré dans l’Ouest

mercredi 4 mars 2015,par Jean Bosco Nzosaba

12.4% des adultes ouest africains et du centre consomment du cannabis. (Rapport 2014) Les adultes d’ Afrique de l’ouest et du centre consomment plus decannabis que ceux des autres régions du continent noir, révèle le rapport 2014 de l’organe international de contrôle des stupéfiants (OICS). « Sur 100 adultes vivant dans ces deux régions du continent, 12.4% d’entre eux consomment le cannabis », a indiqué Ludovic D’Hoore, conseiller de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) à sa lecture du rapport face à la presse, mardi soir à Dakar. Une proportion importante qui en fait, d’après le conseiller, la zone africaine où « la consommation de cannabis par les adultes est la plus élevée. » D’Hoore n’a toutefois pas détaillé le pourcentage de consommation sur le reste du continent en comparaison, ni les raisons d’une telle spécificité. Selon le rapport, la résine de cannabis reste la principale drogue illicite sur le continent africain. Cependant, s’il est avéré qu’une partie du cannabis en cours en Afrique provient essentiellement du Nord (le Maroc en tête), la production de cette substance illicite gagne en ampleur sur le reste du continent. Ludovic D’Hoore a ainsi évoqué le cas du Nigeria où « 200 tonnes de cannabis ont été saisies et 800 hectares de culture de cannabis ont été découverts et détruits en 2014 » et de la Sierra Leone qui a eu, durant la même année, une production de« deux tonnes de cannabis ». D’Hoore, après les deux cas énumérés, s’est empressé de préciser que « la production, la consommation et le trafic du cannabis concerne tout de même tous les pays du continent ». La prédominance du cannabis en matière de consommation de drogue n’est pas seulement une caractéristique (ouest et centre) africaine. En effet, au niveau mondial, « 2/3 des consommateurs de drogue se servent du cannabis » a également fait remarquer l’expert des Nations unies. L’OICS est un organe technique indépendant chargé de contrôler le respect des conventions de l’ONU réglementant les stupéfiants. Source : Anadolu

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)