Syndicats et organisations de la société civile suspendent une manifestation pacifique

vendredi 27 mars 2015,par Jean Bosco Nzosaba

La coordination de la campagne contre la vie chère a suspendu, jeudi, la manifestation pacifique et la grève générale qui étaient prévues respectivement le 27 mars et le 31 mars 2015, d’après le communiqué conjoint du gouvernement et de la coordination de la campagne contre la vie chère. Cette décision a été prise à l’issu d’une réunion qui a regroupé, jeudi le 26 mars, la 2ème vice-présidence de la république, le ministère des finances, le ministère du commerce, l’ARCT (Agence de régulation et decontrôle des télécommunications) et la coordination des organisations de la société civile engagées dans la campagne de la lutte contre la vie chère au Burundi. Les revendications de ces organisations ont fait l’objet de cette réunion. Il s’agit de la suppression de la nouvelle taxe de 42 FBu par minute sur les appels téléphoniques locaux pour revenir à la tarification d’avant le 31 décembre 2014, de l’ajustement du prix du carburant à la pompe jusqu’à 1700 FBu par litre, de l’arrêt de la pénurie artificielle du carburant notamment l’essence ainsi que de l’arrêt des menaces physiques et autres intimidations contre les différents travailleurs tant du secteur formel qu’informel qui ont observé le mouvement de grève générale du 5 mars 2015. Concernant la suppression de la nouvelle taxe de 42 FBu par minute d’appel téléphonique local, il a été noté que les pourparlers entre le gouvernement et les opérateurs des téléphonies mobiles sont en cours pour que toutes les parties prenantes aient la même compréhension pour le bien de l’Etat, des usagers et des compagnies des télécommunications. S’agissant de l’ajustement du prix du carburant jusqu’à 1700 FBu le litre, il a été recommandé que la commission permanente chargée des produits pétroliers soit redynamisée, inclusive, efficace et transparente pour pouvoir trouver un consensus sur cette problématique. Cette commission analysera alors cette question dans sa séance ordinaire du mois d’avril. Quant à la pénurie d’essence, la ministre en charge du commerce a rassuré que la situation sera bientôt normalisée. A propos des menaces et intimidations à l’endroit de ceux qui ont participé à la grève générale du 5 mars, il a été recommandé que toute intimidation s’arrête et que soit privilégié le dialogue.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)