Restaurer les principes de gestion des agents autour des valeurs d’équité, de transparence et de performance

jeudi 2 avril 2015,par Jean Bosco Nzosaba

Le gouvernement du Burundi est engagé depuis avril 2012 dans la réforme de son administration publique, selon le document en rapport avec le Programme national de la réforme de l’administration. Dans cette optique, les observateurs avertis estiment qu’il n’y a pas de perspectives de succès de cette réforme sans une adhésion des agents publics à des principes de gestion basés sur les valeurs d’équité, de transparence et de performance. Or, la situation de ces dernières est aujourd’hui telle que cette adhésion des agents publics a peu de chances de se réaliser sans un changement profond des relations qu’ils entretiennent avec leur employeur. Ce changement attendu doit se construire autour d’un échange renouvelé entre l’Etat burundais et ses employés. Dans ce contexte, l’Etat burundais devrait apporter une restauration des principes de gestion de la Fonction publique axés notamment autour de l’équité de traitement des agents publics, la transparence des recrutements et l’application effective des textes qui les régissent. Il faudra également effectuer un rééquilibrage des rémunérations des agents les moins avantagés par la situation présente, en fonction des moyens budgétaires dont l’Etat pourra disposer à cette fin. Le document en rapport avec le Programme national de la réforme de l’administration propose à l’Etat d’augmenter la rémunération des agents en se basant sur la performance et aux résultats obtenus par rapport au cahier de charges. En toute logique, la relance du dialogue social autour de cette réforme doit normalement contribuer à créer les conditions de son succès. Cette réforme attendue doit s’incarner dans une redéfinition des règles de rémunération et d’octroi d’avantages divers qui inclut une forte simplification des systèmes d’octroi des primes et des indemnités. Il faudrait également assurer la fiscalisation de l’ensemble des revenus professionnels, y compris ceux des hiérarchies les plus élevées. Dans cette dynamique, les procédures d’évaluation doivent être revues pour asseoir la crédibilité d’une rémunération fondée sur la performance.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)