BAD : Moteur de la marche du continent (PROFILE)

vendredi 29 mai 2015,par Jean Bosco Nzosaba

BAD : Moteur de la marche du continent (PROFILE)

29 Mai 2015 15:22 (Dernière mise a jour 29 Mai 2015 15:24) 92 milliards USD ont été accordés sous formes de prêts et 8 milliards USD ont été alloués pour les infrastructures africaines en 10 ans.

AA/ Tunis/ MA

La Banque Africaine de Développement, BAD, qui a vu élire, jeudi, son nouveau président, le nigérian Akinwumi Adesina pour remplacer le sortant rwandais Donald Kaberuka, est une des roues du progrès économique africain. L’Institution financière panafricaine a été fondée le 4 août 1963 à Khartoum (Soudan), en vertu d’un accord signé par 23 pays. Trois ans après cet accord, elle est entrée en activité. La BAD, dont le siège est à Abidjan (Côte d’Ivoire) compte 53 États africains dont 14 pays de la Zone Franc CFA et 24 États non africains, dont 14 pays de la Zone Franc CFA et 24 États non africains, après l’ouverture du capital décidée en 1982 (8 pays de l’Union européenne et la plupart des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques "OCDE").

Son capital s’élève à 100 milliards de dollars, dont 40 % sont détenus par 26 pays membres non-africains comme les Etats-Unis, la France et le Japon qui pèsent à hauteur de 25 pc lors du vote. Elle se compose d’un organe suprême : le Conseil de gouverneurs, composé des ministres de l’Economie et des Finances des pays membres ; un Conseil d’administration composé de 18 membres élus par le Conseil ; du Président de la Banque, élu par le Conseil gestionnaire et représentant légal de la Banque.

Fondée pour contribuer au développement des pays africains, l’institution financière panafricaine a, à bien des égards, fait ses preuves. S’exprimant lors des Assemblées annuelles en cours à Abidjan, son président sortant, le Rwandais Donald Kaberuka, a annoncé qu’il laissera une institution « solide ».

Il a, en outre, annoncé que depuis son arrivée à la Banque en 2005, a été consenti aux infrastructures un total de 28 milliards de dollars.Onze milliards de dollars US ont été consacrés au secteur du transport, 4 milliards de dollars US pour le secteur de l’eau, 11milliards de dollars US pour ce qui est de l’énergie et 2 milliards de dollars US pour les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

D’autres grandes réalisations de la BAD ne sont pas à négliger. Entre 1967 et 2011, elle a accordé 3660 prêts, à raison de 92 milliards de dollars. Entre 2008 et 2011, elle a mobilisé 8 milliards de dollars pour des travaux d’infrastructure dans le continent. Ce montant a doublé en 4 ans. Puis, 6 millions de dollars ont été alloués au secteur privé, soit 20 % des prêts totaux, s’agissant de la même période.

Les membres non régionaux qui détiennent près de 25% du capital de l’institution financière continentale, auraient, en outre, pesé lors de l’élection présidentielle de jeudi. En tout, 80 gouverneurs ont voté, dont 54 représentant les pays africains et 26 les pays non-africains.

Les États-Unis représentent 6,551 % des voix, le Japon 5,479 %, l’Allemagne 4,115 %, le Canada 3,791 % et la la France (3,75 %) seront prépondérantes.

Côté africain, certains pays auraient été décisifs s’agissant des résultats, commùe le le Nigeria qui représente 9,256 % des voix, l’Égypte (5,393 %), l’Afrique du Sud (4,883 %), l’Algérie (4,219 %), la Libye (3,673 %) ou encore le Maroc (3,488 %).

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)