Burundi : l’ONU s’efforce d’aider à la reprise du dialogue politique

mercredi 3 juin 2015,par Jean Bosco Nzosaba

Burundi : l’ONU s’efforce d’aider à la reprise du dialogue politique

Diplomatie

UN News Centre, 2 juin 2015

L’Organisation des Nations Unies continuait mardi de multiplier les efforts pour aider à une reprise du dialogue politique au Burundi afin de sortir ce pays de la crise qu’il traverse.

L’Envoyé spécial du Secrétaire général pour la région des Grands Lacs, Saïd Djinnit, se trouvait mardi dans la capitale burundaise Bujumbura après avoir assisté dimanche à Dar es Salam, en Tanzanie, à un sommet de la Communauté de l’Afrique de l’Est.

« Il consulte actuellement les parties prenantes burundaises en vue d’une reprise du dialogue politique consultatif », a précisé le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, lors d’un point de presse au siège de l’ONU à New York.

De son côté, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires politiques, Jeffrey Feltman, a rencontré lundi après-midi le Premier Vice-Président du Burundi, Prosper Bazombanza.

Lors de cette rencontre, M. Feltman a noté que les recommandations du Sommet de la Communauté de l’Afrique de l’Est fournissaient au gouvernement burundais une occasion supplémentaire de créer les conditions pour des élections pacifiques et crédibles.

Il a encouragé le gouvernement à saisir cette opportunité pour prendre des mesures concrètes afin de garantir la sécurité du processus électoral et des acteurs politiques et de la société civile, d’assurer le désarmement des civils armés, de renforcer la Commission nationale électorale indépendante et d’assurer le vote des réfugiés. Il a aussi encouragé le gouvernement à reprendre de bonne foi sa participation au dialogue politique consultatif.

« Nous restons préoccupés par la possibilité d’une escalade de la violence et nous réitérons nos appels au calme et à la retenue », a dit le porte-parole du Secrétaire général. « Nous continuons à appeler les forces de sécurité à exercer le maximum de retenue dans leur gestion des manifestations et insistons sur le droit des Burundais à s’exprimer, tout en les exhortant à le faire de manière pacifique ».

Pour sa part, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a discuté lundi au téléphone avec le Président Kikwete de la Tanzanie, et avec le Président dos Santos de l’Angola.

Lors de ces conversations, M. Ban a remercié les deux Présidents pour leurs efforts destinés à répondre à la crise politique au Burundi et discuté comment l’ONU, la Communauté de l’Afrique de l’Est et la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs peuvent aider à apaiser les tensions et à organiser des élections pacifiques et crédibles au Burundi.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)