Burundi : l’UA demande un consensus sur la date des élections

lundi 15 juin 2015,par Jean Bosco Nzosaba

Burundi : l’UA demande un consensus sur la date des élections

À l’issue de sa réunion, samedi soir à Johannesburg, le conseil Paix et sécurité de l’Union africaine a réclamé la reprise rapide du dialogue politique au Burundi et l’adoption d’une date consensuelle pour les élections.

La crise politique au Burundi, la guerre civile au Soudan du Sud et la lutte contre le terrorisme avaient été mis à l’ordre du jour du conseil Paix et sécurité de ce 25e sommet de l’Union africaine (UA), samedi 13 juin à Johannesburg. Mais c’est finalement le dossier burundais qui, sans surprise, a dominé les débats.

Dans son projet de communiqué final, que « Jeune Afrique » a pu consulter, le conseil Paix et sécurité exprime sa « profonde préoccupation face à l’impasse persistante » au Burundi et réclame la reprise rapide du dialogue entre le camp présidentiel et l’opposition pour permettre la tenue d’élections « libres, crédibles et transparentes ». S’il ne mentionne pas explicitement un report des élections législatives et présidentielle, prévues les 29 juin et 15 juillet, le texte affirme toutefois que « la date des élections devra être fixée par consensus entre les parties burundaises ». Il recommande également le déploiement d’experts militaires de l’UA dans le pays « pour vérifier le processus de désarmement des milices et autres groupes armés ».

« Seul un dialogue constructif peut permettre une solution durable » Dans son discours d’ouverture, la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l’UA, a exprimé la position de l’organisation panafricaine sur la crise burundaise. « Nous sommes préoccupés par l’impasse actuelle dans le processus politique. Seul un dialogue constructif peut permettre une solution durable. Nous espérons que les Burundais parviendront à un consensus pour permettre la tenue d’élections dans un avenir proche », a-t-elle déclaré.

Source : Jeuneafrique.com

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)