Réaction du gouvernement burundais face aux recommandations du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA

jeudi 18 juin 2015,par Jean Bosco Nzosaba

Réaction du gouvernement burundais face aux recommandations du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA

BUJUMBURA, 18 juin (ABP) – Le gouvernement du Burundi a sorti un communiqué mardi le 16 juin 2015 pour faire suite aux recommandations du sommet de l’UA tenu le 13 juin à Johannesburg en Afrique du Sud indiquant que le nouveau calendrier électoral constitutionnellement acceptable arrive au 24 juillet 2015. Même si le gouvernement est d’accord avec le principe d’un consensus sur la fixation du calendrier électoral, il ne pourrait s’inscrire en dehors du cadre constitutionnel. Dans pareil cas, précise le communiqué, l’autorité habileté à convoquer les élections tomberait sous le coup de haute trahison.

Pour ce qui est du dialogue et de l’apaisement du climat électoral, le gouvernement rappelle qu’il a déjà prouvé sa bonne foi à travers son engagement à suspendre l’exécution des mandats d’arrêt contre les organisateurs des manifestations contre le mandat du président Nkurunziza.

Selon le même communiqué, le gouvernement regrette que ces derniers n’aient jusque-là appelé à la cessation de ces manifestations. En ce qui est du désarmement des civils armés, le gouvernement indique que plus de 100.000 armes détenues illégalement ont été récupérées par la commission en charge du désarmement. Par ailleurs, des instructions ont été données à ladite commission pour accélérer le rythme de récupération de toutes les armes détenues illégalement. Le gouvernement laisse entendre que tout appui régional ou international, sous forme d’observateurs, recommandé par l’UA pour constater cette réalité est la bienvenue. Il s’engage en outre à assurer la sécurité physique des leaders politiques avant, pendant et après les élections.

S’agissant du retour des réfugiés, le gouvernement constate que sur les 70.000 réfugiés signalés, la moitié est retournée au pays. Il annonce l’envoie d’autres missions dans les pays d’accueil pour sensibiliser ceux qui restent à rentrer.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)