Conclusions du 5ème Sommet des médias de la Communauté est africaine

lundi 13 août 2012,par Jean Bosco Nzosaba

Le 5ème Sommet des médias de la Communauté est africaine (EAC) s’est clôturé le 10 août à Kigali, au Rwanda. A l’issu de la rencontre, les participants ont formulé une série de recommandations, si l’on en croit un communiqué de presse de l’EAC. Les gestionnaires des entreprises de presse, en particulier les éditeurs, sont appelés à donner de l’espace et du temps nécessaires à la promotion des informations en rapport avec l’EAC. Les propriétaires des médias sont quant à eux invités à fournir des possibilités de renforcement des capacités pour les journalistes. Cela permettrait d’améliorer le professionnalisme et les normes éthiques dans les reportages sur des sujets concernant la Communauté. Il leur est aussi recommandé de susciter les médias régionaux de reporter des histoires de la région en se basant sur les réalités propres à la Communauté au lieu de s’appuyer sur les agences de presse étrangères qui peuvent avoir des visées contraires à l’agenda de l’EAC. Dans cette logique, les propriétaires des médias devraient s’efforcer de rendre leurs médias compétitifs en favorisant le débat sur des questions d’actualité au sein de l’EAC afin d’influencer la perception de la Communauté au niveau mondial. Ils sont par ailleurs invités à investir dans tous les Etats membres de l’EAC et à tirer parti des opportunités offertes dans le cadre du protocole du marché commun. Les directeurs de médias ont quant à eux la responsabilité de surveiller et d’appliquer, si nécessaire, des normes de qualité et de précision caractéristiques de reportages responsables. Les participants ont aussi formulé des recommandations à l’endroit des gouvernements des Etats partenaires. Ainsi, ils devraient accélérer la formulation et l’harmonisation de l’information et de la communication des politiques visant à encourager les investissements transfrontaliers et permettre un fonctionnement sans faille à travers la région. Ils devraient également harmoniser tous les autres règlements de support tels que les régimes fiscaux, les barrières non tarifaires, les lois douanières connexes et la création des institutions nécessaires en vue d’améliorer des investissements transfrontaliers. Une autre structure interpelée est le Secrétariat de l’EAC et les ministères responsables au niveau national. Ils devraient mettre en place des médias clairs et des campagnes de relations publiques ciblées et adaptées à des publics spécifiques dans l’EAC. Cela fournirait aux médias des informations suffisantes pour justifier, critiquer et faire des reportages sur les divers aspects de l’intégration. Les gouvernements des Etats membres de l’EAC et les médias devraient s’efforcer de travailler en tant que partenaires, tout en veillant à l’indépendance, les uns des autres.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)