Le Burundi dans le top 10 des économies ayant amélioré leurs réglementations des affaires

mercredi 24 octobre 2012,par Jean Bosco Nzosaba

Le nouveau rapport Doing Business 2013 de la Société financière internationale (SFI) et de la Banque Mondiale montre que 17 des 50 économies qui ont le plus amélioré leurs réglementations des affaires applicables aux entreprises locales depuis 2006 se trouvent en Afrique sub-saharienne, dont le Burundi, a-t-on appris mardi lors de la présentation dudit rapport. Le rapport Doing Business 2013 relève en outre qu’entre 2011 et 2012, 28 des 48 gouvernements d’Afrique sub-saharienne ont entrepris au moins une réforme pour améliorer l’environnement des affaires chez eux, ce qui représente un total de 44 réformes. Le même rapport Doing souligne qu’avec les quatre réformes de l’année dernière, le Burundi se trouve dans le top 10 des économies ayant amélioré au moins trois des domaines mesurés par Doing Business, mais que ce pays s’avère être la seule économie à faibles revenus de la liste. Selon ce rapport, le Burundi est passé de la 172ème sur 185 places à la 159ième place, gagnant ainsi 13 places, a-t-on appris lors de la présentation de ce rapport. Ce dernier explique que le Burundi a mis en œuvre des réformes dans plusieurs domaines de la réglementation des affaires, dont notamment l’obtention du permis de construire qui a été facilité en éliminant l’exigence d’une autorisation du ministère de la Santé publique et en réduisant le coût d’une étude géotechnique, le transfert de propriété qui a été accéléré en établissant un délai légal de traitement des demandes de transferts de propriété au registre foncier. Le Burundi a aussi facilité la création d’entreprises en éliminant l’exigence d’une certification par un notaire des documents de l’entreprise, de la publication des informations sur les nouvelles entreprises dans un journal et de l’enregistrement des nouvelles entreprises auprès du ministère ayant le Commerce et l’Industrie dans ses attributions. De même, le pays a réduit le temps pour le commerce transfrontalier en améliorant l’utilisation des systèmes d’échange de données électroniques, en introduisant un système plus efficace de surveillance des marchandises qui transitent et en améliorant la coordination aux frontières avec les pays voisins, poursuit le rapport Doing Business 2013. Malgré ces avancées, beaucoup reste à faire pour permettre aux économies africaines de bâtir un secteur privé robuste et compétitif, fait-il remarquer. Le classement moyen dans la région en matière de facilité de faire des affaires est de 140 sur 185, l’Ile Maurice et l’Afrique du Sud figurant parmi les 50 économies qui se sont les plus améliorées depuis 2005, selon les indicateurs Doing Business. Parmi les économies africaines qui se sont améliorées dans la même période se trouvent le Rwanda, le Burundi, le Burkina Faso, le Mali, la Sierra Leone, le Ghana, la Guinée-Bissau, le Sénégal, l’Angola, l’île Maurice, le Madagascar, le Mozambique, la Côte d’Ivoire, le Togo, le Niger, le Nigeria, le Sao Tomé et Principe, précise encore le rapport Doing Business 2013 qui en est à sa 10ème édition.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)