Le BNUB appelle les acteurs politiques à participer activement à l’atelier sur la révision du code électoral

vendredi 17 mai 2013,par Jean Bosco Nzosaba

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Burundi (RSSG) M. Parfait Onanga-Anyanga, encourage tous les partis et acteurs politiques à participer activement, à l’atelier sur la révision du code électoral en vue des élections prévues en 2015, qui sera organisé du 22 au 25 mai à Kayanza (nord du Burundi), sous les auspices du gouvernement du Burundi et les appelle à éviter toute attitude de nature à exacerber les tensions et la violence. Le RSSG estime que les discussions prévues autour du projet de Code électoral requièrent la présence et la contribution de tous les responsables politiques pour garantir une préparation optimale des élections de 2015 et renforcer la confiance et l’esprit de dialogue inclusif entre les partis et acteurs politiques burundais, indique la même source. C’est dans cet esprit qu’il a, lors des entretiens soutenus qu’il a eus avec tous ses interlocuteurs, tant du gouvernement que des partis politiques au pouvoir et dans l’opposition, insisté sur l’impérieuse nécessité de faire des assises de Kayanza, un tournant décisif dans le processus de maturation des acquis démocratiques au Burundi, dans la paix et la liberté, précise-t-on. Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies tient a lancé un appel pressant à tous les responsables politiques burundais pour qu’ils renoncent à la violence comme moyen d’expression politique, conformément à leur engagement lors de l’atelier du 11 au 13 mars 2013 au siège du BNUB. Il a également salué les récentes prises de position du président du CNDD-FDD face aux nouvelles alarmantes qui ont fait état d’actes de violence dont des jeunes affiliés à ce parti « Imbonerakure » se seraient rendus coupables. Le RSSG a salué aussi les mesures déjà prises par les autorités burundaises pour sévir contre les auteurs de violences et les encourage à poursuivre leurs efforts contre l’impunité. Il a invité tous les responsables politiques à la modération et à éviter, tant par leurs discours que par leurs actes, toute attitude de nature à exacerber les tensions et la violence.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)