Inclusion financière : validation du projet stratégique national

jeudi 25 septembre 2014,par Jean Bosco Nzosaba

Le projet stratégique national d’inclusion financière (SNIF) au Burundi pour la période de 2015 à 2020 a été validé mercredi 24 septembre 2014, moyennant quelques recommandations qui ont été formulées par les participants à l’atelier tenu dans ce cadre sur l’organisation de la Banque de la République du Burundi. Ont participé à cet atelier, les acteurs du secteur financier formel, les membres du gouvernement impliqués directement dans le secteur économique, les compagnies des télécommunications, les sociétés d’assurances, les centres de recherche et les organismes internationaux basés à Bujumbura. Le document qui a suscité des avis et considérations à prendre en compte lors de l’élaboration finale a été présenté par un consultant expatrié, M. Pierre Larocque. Cette stratégie est élaborée en vue de mettre en évidence des actions concrètes à entreprendre par les différents acteurs du secteur financier, les décideurs politiques et autres intervenants pour promouvoir l’inclusion financière au Burundi. Cela a été initié à la suite d’une enquête menée pour avoir la base de l’élaboration des politiques stratégiques permettant de briser les barrières à l’inclusion financière de la majorité de la population pauvre, alors qu’elle est économiquement active. D’après cette enquête menée au mois de novembre 2013, pour la population adulte, 12,5% ont un compte dans le secteur financier formel, 14% en ont dans le secteur informel, tandis que 50% n’ont pas de compte parce qu’ils habitent loin des points de services financiers, soit au-delà de huit kilomètres. Or, au cours de l’atelier de réflexion sur les résultats de l’enquête ad hoc, il avait été recommandé d’augmenter l’utilisation, par la population, des services financiers formels et d’améliorer la qualité de l’offre desdits services.

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)